La mosquée al-Aqsâ III

5121 1684

Nous présentons ici le troisième et dernier article consacré à la mosquée al-Aqsâ.

Les édifices et monuments les plus importants se trouvant au sein de la mosquée al-Aqsâ :

Le domaine de la mosquée al-Aqsâ abrite de nombreux édifice et monuments qui lui sont propres, lesquels furent édifiés à travers les siècles, nous allons en présenter ici les principaux :
1- Les mosquées : on trouve sur ce domaine la mosquée al-Qiblî, la mosquée du Dôme du Rocher, la mosquée des Maghrébins (le musée islamique), la mosquée des Femmes ou encore deux lieux de prière appelés musalla al-Burâq et musalla al-Marûnî.
2- Le Rocher : c’est l’un des rochers apparents d’al-Quds, celui-ci se trouve au milieu de la salle de la mosquée al-Aqsâ, il était la première Qibla des musulmans, et ce, durant environ 17 mois.
3- Les minarets : parmi ceux-ci on trouve le minaret de la Porte des Maghrébins, le minaret de la Porte des tribus (asbât), le minaret de la Porte de la chaîne ou encore le minaret de la Porte des Ghawânima.
4- Les dômes : on trouve le Dôme du Rocher, le Dôme de la Chaîne, le Dôme de l’Ascension, le Dôme de Mûsâ, le Dôme d’al-Nahawiyya, le Dôme de Sulaymân, le Dôme de la Balance, le Dôme du Prophète (), le Dôme des Âmes, le Dôme d’al-Khidr, le Dôme de Yûsuf Agha, le Dôme des fidèles du Prophète (), le Dôme du Berceau de ‘Îsâ ou bien encore le Dôme du cheikh al-Khalîlî.
5- Les portes : parmi celles-ci il y a la Porte des tribus, la Porte Faysal al-‘Atama, la Porte de fer, la Porte des marchands de coton, la Porte des ablutions, la Porte de la chaîne, la Porte des Maghrébins, la Porte de la miséricorde, la Porte du repentir, etc.
6- Les écoles : on trouve au sein de la mosquée al-Aqsâ de nombreuses écoles qui ont été bâties à divers époques à travers les siècles, certaines d’entre-elles sont toujours en activité d’autres ont été transformées en bâtiments administratifs ou en entreprises et d’autres encore ont tout bonnement été fermées après la colonisation d’al-Quds par les sionistes en 1967.
7- Monuments et édifices divers : on trouve également sur le domaine de la mosquée des fontaines, des arcatures, des galeries, des places, des mihrabs et des puits.

L’incendie de la mosquée al-Aqsâ :

L’incendie de la mosquée al-Aqsâ se produisit dans le cadre de la série d’entreprises malveillantes menées par les autorités coloniales sionistes à partir de 1948, l’objectif de ce crime odieux était clairement d’effacer l’identité islamique de la ville d’al-Quds. Ainsi, à sept heures le matin du jeudi 21 août 1969, des terroristes juifs firent irruption sur les esplanades de la mosquée al-Aqsâ en entrant par ses différentes portes jusqu’à atteindre le lieu de prière al-Qiblî, qui est le lieu de prière principal se trouvant au sein de la mosquée al-Aqsâ, puis ils y allumèrent des feux à plusieurs endroits, notamment près du minbar, du mihrab et du dôme, et très rapidement les fumées de l’incendie s’élevèrent vers le ciel. Il est à noter que les forces d’occupation coupèrent l’eau dans ce quartier de même qu’elles mirent en place une ceinture de sécurité autour de la mosquée et tentèrent d’empêcher les habitants du quartier d’éteindre l’incendie.
Le feu ne tarda pas à se répandre, il faillit même dévorer le dôme de la mosquée, mais cela fut éviter grâce à l’intervention de musulmans et de chrétiens qui travaillèrent courageusement à éteindre cet incendie, et ce, malgré la volonté des autorités sionistes de les en empêcher, ils réussirent donc à transpercer la ceinture sécuritaire de l’ennemi, puis, tout en disant à haute voix Allahu Akbar (Allah est le plus Grand), ils firent tout leur possible pour éteindre le feu à l’aide de récipients qu’ils remplissaient avec l’eau des divers puits de la mosquée.
Malgré tout, l’incendie détruisit plus du tiers de la surface du lieu de prière al-Qiblî se trouvant dans la mosquée al-Aqsâ et le minbar Salâh al-dîn, de plus le feu se déclara dans la partie sud du toit de la mosquée ainsi que sur le toit de deux galeries ; en outre, le dôme intérieur en bois ainsi que ses ornementations colorées et dorées contenant des inscriptions calligraphiques et des peintures au style géométrique et végétal souffrirent beaucoup ; enfin, furent également très abîmés le mihrab en marbre coloré, le mur sud, le tapis qui couvre le lieu de prière principal de la mosquée, de nombreuses inscriptions et ornementations anciennes ou encore les versets coraniques qui couvrent les murs de la mosquée et qui datent des époques omeyyade et abbasside.
L’entité sioniste prétendit que l’incendie fut causé par un court-circuit électrique, alors que les ingénieurs arabes avaient clairement démontré qu’il s’agissait d’un incendie criminel. Et en effet, l’auteur de ce crime fut arrêté, il s’agissait d’un jeune australien appelé Mickael Denis Rohan, il fut déféré devant un tribunal, lequel déclara que le jeune homme était psychologiquement déficient et donc celui-ci fut libéré.
L’incendie de la mosquée provoqua des réactions dans tout le monde arabe et islamique où la colère se répandit. Les dirigeants arabes et musulmans se réunirent donc à Rabat le 25 septembre 1969 et ils décidèrent à cette occasion de créer l’Organisation de la conférence islamique, laquelle rassembla à l’époque trente pays arabes et musulmans. Puis en 1976 furent créées les Caisses d’al-Quds, et l’année suivante fut fondé le Comité d’al-Quds qui était alors dirigé par le roi Hasan II, lequel Comité a pour mission de protéger al-Quds et ses lieux saints islamiques contre les opérations de judaïsation orchestrées par les autorités occupantes sionistes.
Par ailleurs, le 15 septembre 1969, le conseil de sécurité de l’Onu promulgua la résolution 271 qui appelait l’Etat sioniste à cesser toutes ses mesures et ses opérations qui avaient pour objet le changement du statut d’al-Quds.

La situation actuelle de la mosquée al-Aqsâ :

A travers les siècles, les judéo-sionistes n’ont cessé de prétendre que la mosquée al-Aqsâ a été bâtie sur ce qu’ils appellent le « Temple de Salomon ». Depuis 1967, la mosquée souffre durement des agressions de l’occupant sioniste qui a pour but de la détruire afin de reconstruire ce temple qui n’a jamais existé à cet endroit, c’est ainsi que ce dernier s’en est pris directement aux musulmans en prière à l’intérieur de la mosquée et il a fait couler leur sang dans de nombreux carnages commis sur ses esplanades paisibles ; l’ennemi a, comme nous l’avons vu plus haut, brûlé une partie de la mosquée, de même qu’il a tenté de la faire exploser ou de la détruire à plusieurs reprises ; il a occupé certaines parties de ce lieu comme la Porte des Maghrébins, le Mur d’al-Burâq qu’il a transformé en Mur des lamentations et qu’il souille dès lors alors que les musulmans ont l’interdiction de s’en approcher ; l’ennemi a en sus bloquer les autres portes et il a empêché les musulmans d’accéder à la mosquée librement afin d’y prier ou d’y séjourner, alors qu’il a autorisé aux Juifs d’y entrer ; il a sournoisement creusé des tunnels et des excavations sous les fondements de la mosquée, ce qui a provoqué des fissures dans certains de ses murs ; enfin, l’ennemi sioniste a empêché toute tentative de restauration ou de rénovation de la mosquée, et notamment de ses parties lézardées.

Conclusion :

La mosquée al-Aqsâ appartient de droit aux musulmans, car elle est un héritage des révélations célestes précédentes, elle symbolise le fait qu’Allah, exalté soit-Il, ait choisi le message de l’Islam comme aboutissement des révélations précédentes, lequel message les confirme tout en les rendant caduques, à ce propos Allah, exalté soit-Il, dit : « Et sur toi [Mohammed] Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité, pour confirmer le Livre qui était là avant lui et pour prévaloir sur lui » (Coran 5/48). Les musulmans reconnaissent donc tous les prophètes venus avant Mohammed (), ils considèrent leur respect et leur vénération comme l’un des piliers de leur religion, par conséquent les musulmans – et non pas ce qui prétendent de manière mensongère qu’ils sont les disciples de ces prophètes – sont les plus dignes et légitimes pour défendre cet endroit sacré. Enfin, nous pouvons affirmer que l’Islam ne régnera que si les musulmans recouvrent leur droit.
 

Articles en relation